FIREBOOX

cover_fireboox

spacer.

Richard : lors d’un dîner animé en compagnie de nombreux acteurs du monde de l’art,’écrivains,conservateurs de musées, artistes – me demandant ce que j’allais faire prochainement je décrivais ce que j’allais réaliser 2 mois plus tard, cherchant l’occasion et l’artiste pour l’événement – par cela je voulais aller vers le petit ne pas parler d’un gros projet, étant en même temps en train de réaliser un important volume consacré à john cage – travail d’un an – ces fireboox allaient m’offrir un espace de la promptitude – mais aussi d’une « adresse » directe au regardeur; ce qui fait le succès des meilleures boites – je pense à ce que l’on nomme la poésie de circonstance. Pour cela la première fois commandée à Roger Cosme Estève fut réalisé pour/dans le cadre des toromachies de Ceret (célèbre par son musée d’art moderne – picasso y fit de très belle céramique-toromachique) Toro de fuego fut immédiatement tiré à plus de 700 exemplaires et dans des boites « normales » c’était un détournement fuego aussi comme excés d’amour. ce détournement choquant (il y avait des footballeurs sur les premières boites – roger cosme estève peint des fond noir et grattait un toro de feu, ce furent ce que l’on appelle des exemplaires de tête – mais à très bas prix

.

FIREBOOX

Comment est née l’idée des Fireboox ? (qui, quand, comment, le principe…)

Sophie : Une boîte d’allumettes // est le lieu/réceptacle même du livre // où se joue une pièce pliée en accordéon (Leporello) qui déroule/déploie le travail de chaque invité. Cette nouvelle offre d’inscription pensée et créée par l’Editeur Richard Meier / voixeditions trouve ici un nouveau public. c’est Richard qui est à l’initiative de ce merveilleux projet. Il a pensé et créé cette collection, co-dirigée et élargie aujourd’hui par moi-même CosyWorks à Pau.

 

.